Anna Langfus

du 27 mai au 28 juin 2014
Exposition et Conférence dans la cadre du Festival des Cultures Juives
Bibliothèque Marguerite Audoux

Dans la cadre du Festival des Cultures Juives et à l'occasion de la parution de l'ouvrage de Jean-Yves Potel "Les disparitions d'Anna Langfus"

Exposition : Anna Langfus, trois romans pour transmettre

du mardi 27 mai au samedi 28 juin 2014,

aux heures d’ouverture de la bibliothèque (mardi, jeudi, vendredi 13h-19h, mercredi 10h-19h, samedi 10h-19h)

Vernissage par Jean-Yves Potel, accompagné par Gabrielle Napoli, docteur en littérature comparée spécialiste de l’Europe centrale

le 5 juin 2014 à 18h30

Bibliothèque Marguerite Audoux

10 rue Portefoin 75003 Paris

Entrée gratuite

Romancière française, d’origine juive polonaise, prix Goncourt en 1962, Anna Langfus (1920- 1966) est une rescapée de la Shoah. Elle a presque vingt ans quand l’armée allemande envahit la Pologne. Elle tente, avec son jeune mari, également juif, d’échapper aux massacres des nazis. Elle est prise dans les ghettos, les rafles et les traques. Elle connaît la faim, les trahisons, la prison, les tortures, l’errance dans les forêts. Elle participe à la résistance polonaise. La guerre anéantit tous les siens. À l’âge de 26 ans, elle part en France et refait sa vie.

Anna Langfus a presque 20 ans quand l’armée allemande envahit la Pologne. Elle tente, avec son jeune mari, également juif, d’échapper aux massacres des nazis. Elle est prise dans les ghettos, les rafles et les traques. Elle connaît la faim, les trahisons, la prison, les tortures, l’errance dans les forêts et participe à la résistance polonaise. La guerre anéantit tous les siens.

À l’âge de 26 ans, elle part en France pour refaire sa vie. En 1960, elle s’installe à Sarcelles. Elle écrit. Elle donne une première pièce de théâtre, Les Lépreux, en 1956. Puis elle publie aux éditions Gallimard trois romans qui rencontrent un large public : Le Sel et le soufre (1960) évoque la guerre du point de vue d’une jeune femme ordinaire ; Les Bagages de sable (Prix Goncourt 1962) et Saute, Barbara (1965) racontent l’histoire de personnages "malades de la guerre" qui ne parviennent pas à refaire leur vie.

Anna Langfus ne donne pas un témoignage au sens propre, plutôt une évocation intime de la Catastrophe et du désarroi des survivants juifs. Elle est une des rares romancières françaises à transmettre la violence de cette épreuve par la fiction. Le ton et le style de ses récits dérangent ; ils se départissent d’une littérature héroïque, consensuelle ou consolatrice

Présentant des photos, des extraits de son œuvre, des documents inédits et des archives audiovisuelles, cette exposition reconstitue l’atmosphère des trois romans d’Anna Langfus. Elle met le spectateur en contact avec la réalité de la Shoah à l’Est et avec la puissance et l’originalité du style de l’écrivain.

Exposition réalisée par Jean-Yves Potel, écrivain et journaliste spécialiste de l’Europe centrale. Docteur habilité en sciences politiques, il a longtemps enseigné à l’université de Paris-VIII. Ancien conseiller culturel à Varsovie, il est l’auteur d’une biographie d’Anna Langfus.

Conception graphique : Elizabeth Saint-Jalmes, artiste plasticienne et graphiste

photo: Mémorial de la shoah

Avec le soutien de l’Institut polonais de Paris et du Mémorial de la Shoah

Bibliothèque Marguerite Audoux

10 rue Portefoin 75003 Paris
http://equipement.paris.fr/bibliotheque-marguerite-audoux-1665

menu