Zbigniew Rybczyński

jeudi, 19 novembre 2009
Auditorium du Louvre

Né en 1950, il fait ses études au lycée d’Arts plastiques, puis au département des chefs opérateurs à l’Ecole de cinéma de Łódź. Il travaille comme animateur au studio Se-ma-for de Łódź, et fait partie d’un groupe avant-gardiste, l’Atelier de la Forme Cinématographique (Warsztat Formy Filmowej).

Comme opérateur, il collabore avec, entre autres, Grzegorz Królikiewicz. Il travaille en Autriche au début des années 80. En 1983, il obtient un Oscar pour Tango, et reste au Etats-Unis, où il fonde sa propre entreprise, ZBIG Vision. C’est l’un des précurseurs de la technologie haute définition. En 1993, il s’établit en Allemagne et travaille au Centrum fur Neue Bildgestaltung (Centre pour la Nouvelle Création d’Images) à Berlin, et pour la Kunsthochschule für Medien à Cologne (Ecole supérieure des médias). Il revient aux Etats-Unis en 2001, et s’installe à Los Angeles.

Umberto Eco : Vertige de la liste

Zbigniew Rybczyński : Vertige dans l’image

En présence de Zbigniew Rybczyński et Umberto Eco

Séance présentée par Elise Domenach, maître de conférences en Etudes Cinématographiques ENS-LSH

Cette séance propose un panorama des films :

Nowa Książka/Nouveau livre, prod. : Se-Ma-For Łódź, Pologne, 1975, 10 mn, couleur, 35 mmTango, prod. : Se-Ma-For Łódź, Pologne, 1975, 8 mn, couleur, 35mmCapriccio n°24, prod. : TVE, Espagne, 1989, 6 mn, couleur, HDTVL’Orchestre – extraits, prod. : Zbig vision / Ex Nihilo, France, 1990, 57 mn., couleur, HDTVLa marche funèbre – Opéra Garnier, 12 mn.Le Boléro, 17 mn.La pie voleuse, Musée du Louvre, 10 mn.

De ses premiers films à l’école de Łódź en Pologne à ses derniers clips réalisés à Los Angeles, toute l’œuvre du réalisateur expérimental polonais Rybczyński est une exploration, thématique et technique, du collage, de la liste et de la répétition, thèmes de prédilection d’Umberto Eco…

Un cinéma héraclitéen où l’on ne se baigne jamais dans la même image. Son travail s’appuie sur une exploration systématique des nouvelles technologies alliant cinéma, vidéo, haute définition et ordinateur, qui selon les films et quelquefois conjointement, mettent au jour la systématicité du mouvement cinématographique et sa puissance comique ou sont mis au service d’une vision poétique du réel.

On retrouve dans de nombreux films une relation forte de l’image et de la musique, originale ou préexistante, comme dans L’Orchestre, une réalisation dans laquelle Umberto Eco (in « Presque la même chose ») salue la réussite à livrer une interprétation visuelle de la musique. Un des trois extraits de L’Orchestre que nous présentons, La Marche funèbre de Chopin, donne lieu à une véritable fantasmagorie que Paul Virilio compare à ce que pourrait être la dernière vision rétrospective d’un mourant sur sa vie. Le Boléro de Ravel se présente comme la montée d’un escalier infini par une variété de personnages représentant un résumé de tous les types humains.

L’Ouverture de la Pie Voleuse de Rossini, filmée dans la salle Mollien du musée du Louvre joue, elle, sur la décomposition des personnages à partir du rythme trépidant de la partition.

Autre exemple de cette revisitation du patrimoine musical, la mise en image humoristique des variations du fameux 24e Caprice de Niccolò Paganini.

En complément de ces documents, cette séance donne l’occasion de voir ou revoir le classique du court-métrage qu’est Tango (Oscar du court métrage en 1983), construit sur une accumulation hypnotique de personnages dans une pièce – certains y ont vu une métaphore de la crise du logement qui sévissait alors dans la Pologne des années 80. Un autre court-métrage accompagne cette séance : Nouveau livre, split screen de différents points de vue mettant en scène un livre qui passe de mains en mains.

Stripsody - Cathy Berberian

Répertoire d’onomatopées de la BD Linus sur un texte d’Umberto Eco mis en images par le réalisateur italien Carlo Ippolito

Sequenze III pour voix - Cathy Berberian

Deux extraits du documentaire Krazy Kathy, prod. : RTSI, 1993, 10 mn.

Auditorium du Louvre

Acces par la pyramide et les galeries du Carrousel
Acces privilégié par le passage Richelieu
www.louvre.fr

Tarif plein 6€

Tarif réduit 5€

Tarif – 26 ans 3.50€

menu