Marlena Kudlicka

du 9 juin au 28 juillet 2017
sugar in the ashes. Official Capacity - exposition individuelle
La BF15 - Espace d'art contemporain

L’exposition sugar in the ashes. Official Capacity est une tentative de redéfinir la notion de sculpture compte tenu des questions relatives au processus physique et mental de sa création et de sa relation avec l’espace en tant que tel. La nouvelle série de sculptures et de collages sculpturaux créés par Marlena Kudlicka pour La BF15, renvoie le spectateur à la tradition avant-gardiste du constructivisme et à la pratique ultérieure d’avant-garde polonaise. Néanmoins, dans sa manière de comprendre la particularité de la sculpture et sa fonction dans l’espace, l’artiste puise plus profondément dans l’histoire et la tradition de ce médium.

Dans les siècles passés, l’intuitif besoin humain d’harmonie guidait les artistes à inscrire leurs sculptures dans un cadre architectural physique. Mais quelques contre-exemples nous amènent à interpréter la sculpture comme un geste d’émancipation, voire de perversion. Tel est notamment le cas des figures sculptées par Michel- Ange pour le tombeau de marbre de Giuliano Medici (connu aussi sous le nom Le Jour et La Nuit) dont la taille semble disproportionnée au regard de leur socle ou encore l’oeuvre monumentale d’Auguste Rodin, La Porte de l’Enfer, qui adopte la forme d’un élément architectural éponyme.

Ces détours historiques nous introduisent dans l’oeuvre de Marlena Kudlicka comme dans la mise en forme d’une stratégie artistique consciente, impliquant l’appropriation de l’espace dans lequel fonctionne une sculpture donnée.

L’oeuvre de Marlena Kudlicka a pour point de départ l’espace qu’elle qualifie de

“ conteneur des contrepoints ”. Elle le voit comme un cadre objectif, telle une grille

ou un dessin technique. Enrichie cependant d’un geste artistique formel, sa perception prend une nature subjective. L’espace autour de la sculpture de Kudlicka devient alors le lieu de processus mentaux – projection, communication, réception – et les dits “ contrepoints ” formant l’espace deviennent les bases des mécanismes de compréhension et d’action de l’homme dans l’espace.

Le langage universel des mathématiques utilisé par l’artiste saisit l’espace dans une forme perceptible, montrant la dynamique qui se produit entre l’oeuvre et le spectateur. Ce processus nommé par Robert Morris, “ la sensation du présent de l’espace ”, souligne l’immédiateté de son expérience et la conscience de sa réception. sugar in the ashes. Official Capacity se comprend comme une stratégie de décomposition de l’espace pour mettre en évidence des points fragiles, renforçant alors son “ ici et maintenant ”. De par sa forme, la sculpture indique ainsi la dynamique de la communication interpersonnelle exprimée au moyen de la langue.

A travers cet ensemble — sculpture en acier, petits collages sculpturaux et pièce murale en verre — Kudlicka développe le concept de sculpture. Comprise comme formalisation d’une idée émergente, elle est le produit de la collaboration entre l’artiste, l’artisan, le commissaire d’exposition, mais également avec le contexte institutionnel qui accompagne la formation d’un projet final.

Formes, figures, grammaire de la sculpture résultent ainsi d’une collision de

différentes idées au sein d’un processus de communication. Le choix des matériaux

comme des titres saisissent également les dynamiques de cette formation.

Les propriétés du fer et du verre caractérisées par l’épure et la fragilité se rapprochent

d’une idée abstraite. Tout comme deux partenaires d’une conversation peuvent influer

sur la forme de ses conclusions, les matériaux utilisés par Kudlicka ne sont pas sans

incidence sur la structure de la sculpture. Le sucre cristallisé dans les cendres, le

mouvement d’une qualité et la collision avec une autre de nature différente, créent

une nouvelle situation. L’artiste la nomme “ génétique de l’émergence de la forme ”.

sugar in the ashes. Official Capacity retravaille la forme comme protocole

technique, où les chiffres et d’autres symboles mathématiques expliquent les

paramètres d’une idée donnée. Comme une plaque d’identification, la sculpture

explique l’origine et la signification des gestes artistiques et des décisions renfermées

dans l’espace clos du lieu d’exposition. L’objet mural de verre - l’index d’une sculpture

autonome - complète sa description technique et étymologique. Un langage précis

et des symboles mathématiques illustrent la nature protocolaire de l’approche de

l’artiste.

Les trois collages sculpturaux sont en revanche une sorte de notes, rédigées

au cours du travail sur la sculpture autonome. En eux, le spectateur trouve exprimées

ces questions apparues dans le processus de prise de décision, qui n’ont pas trouvé la

possibilité d’exécution. Ces idées sont le contrepoint à la décision finale, sans laquelle

aucune conclusion définitive ne pourrait exister / se réaliser pleinement.

Anna Tomczak, avril 2017

Plus d'informations : http://labf15.org

La BF15 - Espace d'art contemporain

11 quai de la Pêcherie
69001 Lyon
infos@labf15.org

menu