Bellville vaut bien une biennale

du 10 septembre au 28 octobre 2010
Un projet proposé par Joanna Warsza dans le cadre de la Biennale de Belville (15 - 20 octobre 2010)

Artitses invités: Kader Attia & Catherine David, Dider Faustino, Patrick Komorowski, Levante Polyak, Melik Ohanian,Stephen Wright, Philippe Quesne et autres

Pour la Biennale de Belleville la curatrice polonaise Joanna Warsza a conçu un projet dans lequel le quartier de Belleville, compris a la fois comme une infrastructure hétérogène et un site symbolique, constitue le point de départ .

Dans le milieu de l’art contemporain, le débat sur la nécessite des biennale est aussi pertinent qu’ennuyeux. D’apres Okwui Enwezor, les biennales bénéficient d’une véritable force creatrice et conduisent les curateurs a puiser au sein du terreau culturel et geographique préexistant. Jouant la carte du pluralisme et s’appuyant sur une politique du „more is more”, elles ont toutes les chances de devenir des plateformes alter-institutionnelles, qui font de la ville ou du quartier sur lesquels elles prennent appui un véritable levier artistique et intellectuel. Les curateurs plus sceptiques, Bob Nikas notamment, estiment quant a eux que les biennales n’ont de sens que pour les hôteliers,

les restaurateurs et les commercants.

Joanna Warsza dans son projet qui se base sur une vision du quartier de Belville comme une infrastructure ready-made propose une sélection de pavillons repérés dans un tissu préexistant. La topographie, la typographie et la problématique sociale ont servi d’indicateurs dans le repérage de “pavillons”. Ce concept basé non plus sur un principe de représentation nationale mais sur une multiplicité de contextes divers et variés dans la „ville-biennale”, a pour objectif d’éviter une certaine auto-confirmation d’image du quartier au profit d’un simple déplacement des modes de perception de la réalité. Comme dit Jean-Luc Godard «Ne change rien, pour que tout soit différent ».

Les Pavillons :

Le pavillon arménien : La piscine Alfred Nakache qui accueille une installation pérenne de Melik Ohanian

Le pavillon brésilien : Siège du Parti Communiste

Le pavillon chinois : Restaurant Le Président

Le pavillon d’Harlem : Café Chéri(e)

Le pavillon portugais : Café au Lit avec l’architecture de Didier Faustino

Ainsi que les pavillons d’Amicale de Biennale de Paris,

du futurisme, du communisme, du nomadisme, de l'anatomie de la rue...

PLIK=59

menu