Histoire d'une intelligence, Journal 1910-1911

du 26 septembre au 30 novembre 2010

Le Bruit du temps, un jeune éditeur, présente pour la première fois un auteur polonais totalement inconnu en France : Stanislas Brzozowski, l’une des personnalités les plus fascinantes de la littérature polonaise, mort en exil à l'âge de 33 ans.

Rédigé à la fin de sa vie, son Journal – qui correspond au projet abandonné d’un texte intitulé Histoire d’une intelligence, destiné à clore un recueil de ses essais philosophiques – est à la fois une confession morale et intellectuelle, un bloc-notes de lectures, un carnet d'esquisses critiques et philosophiques et un journal intime. Ce qui frappe au premier chef, c’est l’extraordinaire ampleur des lectures de Brzozowski – dans le domaine anglais : Coleridge, Lamb, les victoriens de Meredith à Browning, son contemporain Chesterton, son compatriote Conrad. Mais c’est au fond toute la littérature européenne qu’il tente presque désespérément d’embrasser. Avec cette croyance profondeément ancrée qui lui fait entamer chaque lecture comme la promesse d’une révélation: «Chaque homme supérieur, chaque être qui vit intensément change quelque chose aux postulats dont dépendent toutes nos certitutes et toute la réalité humaine. » C’est sans doute cette attente qui fait de ce journal écrit par un homme jeune exilé, qui se sait condamné, une œuvre particulièrement émouvante lorsqu'on la découvre aujourd'hui.

menu