2012, ANNÉE JANUSZ KORCZAK

du 1 janvier au 31 décembre 2012

La Pologne a déclaré l’année 2012 "ANNÉE JANUSZ KORCZAK" pour commémorer le 100e anniversaire de sa Maison des Orphelins et le 70e anniversaire de sa mort. Partout dans le monde, ce sera l’occasion de rendre hommage à l’œuvre fondatrice du père spirituel de la Convention internationale des droits de l’enfant et de mettre en lumière son héritage universel au service des enfants d’aujourd’hui.

PLIK=157

---

Biographie

Janusz Korczak, juif polonais de son vrai nom Henryk Goldszmit, pédagogue de notoriété internationale était avant la guerre la personnalité scientifique la plus en vue et la plus respectée dans le domaine de l’enfance. Ami des enfants, médecin-pédiatre et écrivain, il incarne une véritable pédagogie du respect, une école de la démocratie et de la participation qui font aujourd’hui universellement référence.

Depuis le début du siècle, Korczak œuvrait à une refonte complète de l’éducation et du statut de l’enfant, sur des bases constitutionnelles entièrement nouvelles, privilégiant la sauvegarde et le respect absolu de l’Enfance. Ses multiples écrits pour enfants et pour adultes (Comment aimer un enfant, Le roi Mathias 1er), l’exemple de ses deux orphelinats modèles organisés en républiques d’enfants (Dom Sierot créée en 1912 et Nasz Dom en 1919), ses émissions de radio, son journal national d’enfants (Maly Przeglad) ont fait la joie de générations entières de petits polonais.

Dans le domaine des droits de l’enfant, il est aussi le précurseur reconnu de la mise en pratique des droits positifs de l’enfant (droits d’expression, de participation, d’association, etc.) officiellement établis le 20 novembre 1989 par les articles 12 à 17 de la Convention des Nations Unies pour les droits de l’enfant, un texte et un acte politique majeur dont il exigeait l’élaboration depuis la fin du XIXe siècle.

En 1939, lorsque l'Allemagne envahit la Pologne, il accompagne "ses" enfants dans le ghetto de Varsovie dont il s'occupait dans un orphelinat, refusant de fuir seul et de les abandonner. Pendant tout le temps de la guerre, il mène une lutte de chaque jour afin de trouver et mendier de la nourriture pour tous et leur dispenser de l'amour et de la joie. En 1942, lorsque les enfants sont embarqués pour les chambres à gaz de Treblinka, il choisi délibérément d'être déporté, les accompagne et meurt avec eux.

---

Liens

http://korczak.fr/

http://roi-mathias.fr/

menu