Roman Cieslewicz

mardi, 14 mai 2013 20h30
Scratch Projection / SYMETRIE
Cinéma Action Christine

Roman Cieslewicz

Scratch Projection / SYMETRIE

Roman Cieslewicz était un affichiste polonais qui a notamment travaillé la symétrie, le parallélisme ou l'effet miroir grâce au collage et photo montage.

Dans cette séance, il s'agit de montrer l'équivalent de son travail appliqué au cinéma avec ce que l'animation de 24 ou 25 images apporte à l'image figée.

Il existe une variété de techniques différentes pour exprimer une symétrie : de la tireuse optique à la touche "effet miroir" sur les logiciels de montage en passant par le flicker ou la superposition.

Une variété de techniques pour exprimer autant d'intentions différentes : de l'interrogation de son double dans le miroir au test de Rorschach qui questionne l'inconscient.

Line / Grzegorz Rogala / 1981 / 7mn

A line (which divides the screen) becomes more than just a border, when it starts to create new meanings and situations...

Piece Mandala/End War / Paul Sharits / 1966 / 5mn

Fréquence de couleurs pâles espaçant et enrichissant visuellement des photos en noir et blanc, les mouvements d'un acte sexuel ou simultanément des deux côtés de son «champ» et des deux extrémités de sa durée.

Syntagma / Valie Export / 1983 / 18mn

"Syntagma" est comme un regard fixe que quelqu'un échange avec elle-même, comme si elle était deux personnes, le regard fixe des yeux sur eux-mêmes et le regard fixe de la caméra.

Schizophrénie donc.

Scaling / Mike Hoolboom / 1988 / 5mn

Scaling présente en un acte de double vision le cinéaste peignant. Alors qu'il peint un rectangle noir sur un pan de mur, son double défait patiemment le travail du premier, laissant de nouveau le pan de mur intact.

La peinture de Hoolboom ressemble à un test de Rorschach animé. Ce que nous appréhendons dans ce test de Rorschach est le fait que chaque geste amène à son effacement, chacun de nous vivant dans un équilibre entre le visible et l'invisible, alors que nous risquons de payer tribut uniquement au premier.

Ghost Image / Al Razutis / 1976-1979 / 9mn30

Le film interroge cette tradition de films fantastiques qui inclut Dada, le cubisme, le surréalisme, l'expressionnisme, le réalisme poétique, le symbolisme et finalement le film d'horreur.

L'effet d'image miroir crée des correspondances inconscientes proches des tests de Rorschach.

World Mirror / Abigail Child / 2006 / 12mn47

Un film indien qui devient une étude de classes et de sexualité avec sous titres rajoutés qui déconstruisent la narration.

Video Calibration / Caitlin Horsmon / 2002 / 90s

Le propos, très ironique, est de montrer que l'effet-miroir ressemble toujours plus ou moins à un vagin.

Mirror Mechanics / Siegfried Fruhauf / 2005 / 7mn30

Le miroir ne fait pas que refléter, il inverse aussi l'image. Rien d'étonnant à ce que le miroir compte depuis toujours parmi les accessoires favoris du cinéma.

La nature imaginaire, immatérielle du miroir résume l'idée du cinéma : illusion, photo-graphie, projection.

Dans Mirror Mechanics , une jeune fille aux cheveux mouillés se regarde dans un miroir de salle de bains, en essuie la surface d'un geste de la main: c'est le début d'une suite de variations.

Space Is The Place / Eriko Sonoda / 2011 / 6mn

Les mouvements de symétrie, révolution et dissolution se transforme en mélodie de l'espace et de la vision.

La profondeur en trois dimensions.

Cinéma Action Christine

4, rue Christine 75006 Paris
www.actioncinemas.com

Séance à 6€

menu