Bienvenue à la version béta du nouveau site web de l’Institut Polonais. Ce site est encore en construction et nous sommes désolés pour tous les inconvénients encourus lors de son utilisation. Vous pouvez toujours consulter l’ancienne version du site en cliquant sur ce communiqué.

PORTRAITS DE MÉDECINS ET CHERCHEURS POLONAIS

patrimoine & société
du 3 mai 2020
au 31 décembre 2020

 

PORTRAITS DE MÉDECINS ET CHERCHEURS POLONAIS

Les médecins et chercheurs polonais et leur contribution à la médecine mondiale

Les scientifiques polonais sont inscrits dans les annales des découvertes révolutionnaires dans le domaine des sciences naturelles depuis l’aube de l’histoire. Les mérites de Nicolas Copernic ou de Maria Skłodowska-Curie sont d’une importance majeure pour le destin du monde de la science, leurs réalisations sont enracinées dans la conscience universelle.

Cependant, peu savent que les représentants polonais de l’art médical ont laissé un grand patrimoine dans le domaine des sciences médicales. Ils étaient pionniers non seulement de recherches novatrices pour leur époque, mais aussi auteurs de travaux scientifiques de grand envergure, apportant un nouveau regard sur les sciences fondamentales. Il est important de rappeler les mérites de ces grands chercheurs polonais trop souvent sous-estimés ou tout simplement méconnus.

Les grands médecins polonais ont été honorés par une série de timbres postaux, par des médailles et des monuments. Des rues, des places et des hôpitaux portent en Pologne leurs noms.

La série que l'Institut Polonais de Paris vous présente est une sélection non exhaustive. Elle sera régulièrement enrichie de nouveaux portraits.

 

Dr Wojciech Oczko (1537-1599)

Docteur en médecine et en philosophie, l’un des créateurs de la médecine polonaise, père de la balnéologie polonaise. Médecin à la cour de trois rois polonais : Zygmunt August, Stefan Batory et Sigismund III Vasa. Il a étudié à l’Académie de Cracovie et a obtenu son doctorat dans les universités de Padoue et Bologne. Il était fervent propagateur de la culture physique, y voyant des avantages à la fois pour le corps et pour l’esprit. Il recommandait en particulier l’équitation, la lutte, l’escrime, le jeu de ballon et la danse. Il est l’auteur du dicton selon lequel l’exercice remplacera presque n’importe quel médicament, alors qu’aucun médicament ne remplacera l’exercice. Il a écrit deux ouvrages fondamentaux, dans l’esprit de la médecine moderne, en tenant compte de l’anatomie, de la chirurgie mais aussi de la diététique, établissant de nombreux nouveaux mots dans la terminologie médicale polonaise. Oczko était pionnier de la balnéologie, la science des eaux thermales. Dans son ouvrage intitulé "Cieplice", il a classé toutes les sources d’eaux médicinales qui se trouvaient sur les territoires de la Pologne de l’époque et a défini les méthodes de balnéothérapie avec de l’eau souterraine et de la boue. Il a été largement reconnu pour l’étude "Przymiot", dans laquelle il a décrit de manière exhaustive toute la science concernant la syphilis. Aujourd’hui, des rues et des hôpitaux portent le nom de Wojciech Oczko.  

Plus d’informations :

PL : https://pl.wikipedia.org/wiki/Wojciech_Oczko

ENG : https://en.wikipedia.org/wiki/Wojciech_Oczko

 

 

Dr Sebastian Petrycy (1554-1626)

Sebastian Petrycy de Pilzno (1554-1626) était un philosophe et médecin polonais, écrivain et traducteur. Il était l’un des principaux philosophes polonais de la Renaissance et créateur de la terminologie philosophique polonaise. Il a enseigné et publié des œuvres notables dans le domaine de la médecine, mais on se souvient surtout de ses traductions magistrales d’œuvres philosophiques d’Aristote et de ses commentaires. Petrycy a apporté une contribution majeure à la terminologie philosophique polonaise naissante. Il a fait ses études de philosophie à Cracovie et de médecine à Padou. Les écrits de Petrycy couvrent trois domaines : les traités médicaux (sur les maladies), les traductions de Horace, ainsi que les traductions et les commentaires sur les œuvres d’Aristote. L’œuvre poétique de Petrycy comprend les traductions et les paraphrases des poèmes d’Horace. Petrycy a fondés deux bourses pour des étudiant de médecine désargentés. En 1613 à Cracovie, il publie l’ouvrage « Instructia ou la science du comportement du temps de la peste » (Instructia abo nauka, jak się sprawować czasu moru).

PL : https://pl.wikipedia.org/wiki/Sebastian_Petrycy

ENG : https://en.wikipedia.org/wiki/Sebastian_Petrycy

 

Dr Jędrzej Śniadecki (1768-1838)

Jędrzej Śniadecki (en anglais, Andrew Sniadecki), né le 30 novembre 1768 et mort le 12 mai 1838, était un médecin polonais, biologiste, chimiste, philosophe, écrivain  et chroniqueur satirique. Il a développé les bases de la terminologie chimique polonaise et a écrit le premier manuel de chimie polonais. Il a fait ses études à Cracovie et à Padou. Il était professeur de chimie et de médecine à Vilnius. Il a travaillé sur la théorie des processus de dissolution. En 1808, dans son ouvrage « Rozprawa o nowym metalu w surowej platynie odkrytym... » il a annoncé la découverte d’un nouvel élément atomique, qu’il a appelé "west", du latin Vestium. Cependant, n’étant pas officiellement confirmé, la découverte de cet élément atomique n° 44, cet fois-ci sous le nom de ruthenium, était attribuée à Karl Claus à la date de 1844. En 1822, Śniadecki a été le premier à décrire la méthode de traitement du rachitisme avec une exposition accrue à la lumière du soleil (qui favorise la production endogène de vitamine D dans la peau). Il a également été propagateur de l’hygiène et de la diététique ainsi que pionnier de l’éducation physique en Pologne. Il est l’auteur d’une œuvre originale et innovante intitulée "Théorie des êtres organiques" publiée en 1804 à Varsovie (traduite en français en 1824), dans laquelle il décrit la caractéristique unique des organismes vivants, le métabolisme. Il était également éducateur, comme en témoigne sa thèse de 1805 « Sur l’éducation physique des enfants ». Il s’agit de l’un des premiers ouvrages polonais sur la théorie de l’éducation physique, dans lequel il souligne que le sens de l’éducation des enfants est l’éducation mentale et les soins de santé, traités comme un tout inséparable.

Jędrzej Śniadecki faisait partie d’une société secrète (Towarzystwo Szubrawców), rassemblant des intellectuels, partisans des Lumières, organisée à l’image de la franc-maçonnerie, qui prônait l’égalité des droits de tous les citoyens et qui combattait la superstition et l’obscurantisme.

On a consacré à Jędrzej Śniadecki un roman biographique, un film documentaire, une œuvre musicale, un monument, une médaille et des timbres postaux. Beaucoup d’écoles et une université portent son nom (Université technico-biologique de Bydgoszcz).

PL : https://pl.wikipedia.org/wiki/Jędrzej_Śniadecki

FR : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jędrzej_Śniadecki

ENG : https://en.wikipedia.org/wiki/Jędrzej_Śniadecki

Film documentaire « Jędrzej Śniadecki - 250 » de Emilia Sadowska (2018, 44 min., sous-titres en anglais) : https://www.youtube.com/watch?v=c24rGTINVdg

 

Dr Józef Dietl (1804-1878)

Józef Dietl, né le 24 janvier 1804 à Podbuże et mort le 18 janvier 1878 à Cracovie, était un médecin austro-polonais, néphrologue, homme politique, professeur et recteur de l’Université Jagellonne (élu en 1861), premier maire de Cracovie (1866-1874). Il fut pionnier de la balnéothérapie. Dietl est connu mondialement comme un "réformateur de la médecine" pour avoir démontré de manière expérimentale la nuisibilité de la saignée

Józef Dietl est né d'un père autrichien et d'une mère polonaise. Il a étudié la philosophie à Lviv et la médecine à Vienne. Il a contribué à la réforme de l’enseignement public et à l’introduction du polonais dans les écoles en Galicie, au lieu de la langue allemande, alors obligatoire. Comme maire de Cracovie, il a contribué à la restauration et à la modernisation de la ville. Dans le domaine de la médicine, ses mérites sont très grands. Il a œuvré pour le développement de la physiothérapie, ainsi que de traitements d’ordre hygiénique et diététique. Dietl est considéré comme créateur de la balnéologie polonaise. Il a effectué la classification des eaux thermales polonaises et a popularisé les stations thermales polonaises : Krynica, Rabka, Iwonicz, Szczawnica et Żegiestów. Il a décrit la maladie du rein connue sous le nom de "crise de Dietl" et a établi son traitement.

Plusieurs statues en Pologne ont été érigées en son honneur, notamment à Cracovie, Krynica et Iwonicz. De nombreuses écoles, rues et hôpitaux portent son nom. L’une des rues principales de Cracovie s’appelle Planty Dietlowskie.

PL : https://pl.wikipedia.org/wiki/Józef_Dietl

FR : https://fr.wikipedia.org/wiki/Józef_Dietl

ENG : https://en.wikipedia.org/wiki/Józef_Dietl

 

Jan Mikulicz-Radecki (1850-1905) 

Jan Antoni Mikulicz-Radecki (né  le 16 mai 1850, mort le 14 juin 1905), chirurgien polonais, professeur des universités, l’un des pionniers de la chirurgie moderne, ainsi que de l’asepsie et des techniques antiseptiques, inventeur de masques de protection et de gants chirurgicaux, initiateur de nouvelles techniques opératoires et d’instruments chirurgicaux. Il était créateur de deux écoles chirurgicales, à Cracovie et à Wrocław.

Jan Mikulicz-Radecki a publié un total de 232 articles scientifiques. Son nom est associé aux débuts et au développement de la chirurgie moderne du XXe siècle. Il s’est occupé de la plupart des spécialités chirurgicales : chirurgie gastro-intestinale, chirurgie plastique, chirurgie pédiatrique, neurochirurgie ; avec Sauerbruch, il a été le pionnier de la chirurgie thoracique ; il a contribué à l’orthopédie, à l’urologie, à laryngologie et à la gynécologie.

Jan Mikulicz-Radecki est un chirurgien polonais à qui nous devons tout produit de protection individuelle, y compris des masques de protection. Cet inventeur exceptionnel de nouvelles techniques chirurgicales et d’instruments chirurgicaux est également devenu un pionnier dans le domaine des antiseptiques et de l’asepsie. Mikulicz a constamment amélioré les méthodes antiseptiques de soins de blessures. Il a utilisé l’iodoforme, et en 1885 a introduit les premiers gants chirurgicaux en soie. Des masques chirurgicaux sont apparus un peu plus tard, en 1896, et étaient faits en coton. Ils couvraient efficacement la bouche et le nez et étaient appelés « masques de Mikulicz ». Il a inventé également une pommade contenant une solution de nitrate d’argent et de lotion péruvienne (dite « pommade de Mikulicz » - Unguentum Argenti nitratis compositum) qui est toujours utilisée dans le traitement des plaies difficiles à guérir et comme un médicament antibactérien efficace.

Il a eu de nombreux contacts internationaux, il a été invité à des conférences aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Russie et au Japon. Il est médecin honoris causa des universités de Glasgow et de Philadelphie. Pour l’honorer, on a érigé un monument, un buste, un relief et une plaque commémorative. Un prix médical et un grand hôpital de Wrocław portent le nom de Mikulicz-Radecki.

PL : https://pl.wikipedia.org/wiki/Jan_Mikulicz-Radecki

FR : http://boowiki.info/art/les-chirurgiens-autrichiens/jan-mikulicz-radecki.html

ENG : https://en.wikipedia.org/wiki/Jan_Mikulicz-Radecki